Gabriel Ste-Marie fait le bilan

FÉDÉRAL. Le député de Joliette pour Québec Debout, Gabriel Ste-Marie, a tracé un bilan positif de la première session de sa formation politique. « C’est évident, pour nous, que les Québécois méritent des élus à la Chambre des communes strictement dévoués à leurs intérêts », a-t-il commenté.

Gabriel Ste-Marie affirme que la priorité numéro un des Québécois a encore une fois été malmenée au fédéral, le gouvernement libéral s’obstinant à refuser de maintenir des transferts en santé adéquats. Concernant le cannabis, Québec Debout a soutenu la demande de l’Assemblée nationale de retarder la légalisation et de permettre au Québec d’interdire la culture à domicile. « Difficile de comprendre pourquoi le gouvernement Trudeau est parti dans un ʺpower tripʺ contre Québec, les municipalités, l’opposition en Chambre et le Sénat dans ce dossier. Si le Québec estime que ce n’est pas souhaitable que tout le monde fasse pousser du cannabis dans son jardin, c’est son choix légitime. Les libéraux n’ont qu’une priorité : légaliser et permettre aux producteurs de cannabis libéraux de s’enrichir », a estimé M. Ste-Marie.

C’est aussi Québec Debout, rappelle-t-il, qui a amené en Chambre le dossier des boissons énergisantes à forte teneur en alcool comme la FCKD UP, qui a coûté la vie à la jeune Athena Gervais, à Laval.

Dans le dossier des demandeurs d’asile à la frontière québécoise, Québec Debout a talonné le gouvernement fédéral pour qu’il assume ses responsabilités financières et qu’il mette en place un vrai plan pour éviter que le Québec hérite seul des conséquences. « Pendant qu’Ottawa prétend discuter avec Washington pour trouver une solution, on a constaté qu’un organisme distribuait des dépliants aux migrants pour leur montrer comment passer la frontière illégalement. Visiblement, le gouvernement Trudeau n’en avait rien à cirer. Si on n’était pas intervenu dans ce dossier, la situation continuerait encore aujourd’hui », a déploré M. Ste-Marie.

Québec Debout est aussi intervenu pour qu’enfin, le gouvernement fédéral serre la vis aux proxénètes qui abusent des adolescentes.

Lire la suite dans le Journal L’Action