La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi n’est plus Canadienne

Le Parlement a dépouillé la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi de la citoyenneté canadienne honoraire qu’il lui avait accordée en 2007.

C’est un député du Bloc québécois qui s’est levé aux Communes, jeudi après-midi, pour demander l’adoption d’une motion à cette fin.

« Que la Chambre réitère la motion votée unanimement par cette Chambre le 20 septembre dernier qualifiant de génocide les crimes contre l’humanité commis contre les Rohingyas. Et, qu’en conséquence, la Chambre retire à Aung San Suu Kyi la citoyenneté honorifique canadienne octroyée en 2007 », a proposé le député Ste-Marie à la fin de la période de questions quotidienne.

Gabriel Ste-Marie a obtenu l’appui unanime des élus.

Mercredi, Justin Trudeau avait ouvert la porte à ce geste symbolique. Mais ni les libéraux, ni les conservateurs, ni les néo-démocrates ne voulaient déposer une motion en ce sens.

Lire la suite sur Radio-Canada.ca