Mises à pied chez Bombardier: les élus québécois se défendent

Les députés libéraux québécois à Ottawa ont à nouveau essuyé les critiques jeudi, au lendemain de l’attribution du contrat d’un milliard de VIA Rail à la multinationale allemande Siemens.

« Il n’y a aucun des 40 élus libéraux venant du Québec qui se sont levés pour s’assurer qu’il y ait des retombées chez nous, alors qu’on était en droit de s’attendre à ça », a dénoncé Gabriel Ste-Marie, un député du Bloc québécois.

Les employés de l’usine de La Pocatière de Bombardier espéraient construire les nouveaux wagons de VIA Rail – ce contrat aurait pu leur fournir du travail quelques années. Certains perdront plutôt leur emploi. Une centaine d’employés ont déjà commencé à être mis à pied.

Les députés libéraux québécois à Ottawa se font régulièrement accuser par les conservateurs, néo-démocrates et bloquistes d’être incapables de défendre les intérêts du Québec au sein de leur caucus.

Lire la suite sur La Presse.ca