Trudeau demande l’indulgence des agriculteurs

À tous les Québécois déçus de l’accord que vient de conclure le Canada avec les États-Unis, Justin Trudeau répond qu’il n’avait d’autre choix que de céder une part du marché des producteurs laitiers. Car c’est la gestion de l’offre au grand complet que voulait abolir Donald Trump.

« On sait très bien que le gouvernement américain visait l’élimination de la gestion de l’offre. Ce qu’on a fait dans cet accord, c’est protéger la gestion de l’offre pour les générations futures parce que c’est un système qui fonctionne », a réitéré le premier ministre Trudeau lundi, en présentant les grandes lignes de l’entente conclue la veille.

Visiblement conscient de l’amère déception des producteurs laitiers, Justin Trudeau leur a assuré qu’ils seraient indemnisés pour les 3,59 % du marché que son gouvernement a cédés aux Américains en signant l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC). Un groupe de travail sera créé pour étudier la somme nécessaire.

….

L’opposition à Ottawa

L’entente n’a pas davantage convaincu les partis d’opposition à Ottawa. Le chef conservateur, Andrew Scheer, a accusé Justin Trudeau d’avoir fait trop de compromis — sur la gestion de l’offre, les tarifs qui n’ont pas été levés sur l’aluminium et l’acier, les médicaments, un futur quota d’exportations d’automobiles — pour ne rien obtenir en retour. « Les États-Unis mesurent leur réussite à l’aune de ce qu’ils ont réussi à obtenir. Et le Canada mesure la sienne en regardant ce qu’il n’a pas eu à céder. C’est pas mal évident quel bout du bâton on a. »

Le bloquiste Gabriel Ste-Marie s’est pour sa part demandé « à quoi servent les 40 élus libéraux du Québec, sinon faire la plante verte », puisqu’ils laissent passer les concessions en matière de gestion de l’offre.

Lire la suite sur Le Devoir.com